Le Vigneron

Pierre Talayrach

Il était une fois un enfant, né dans une campagne, douce et ronde, habillée du vert mitigé, des vignes et des champs. En vue principale un balcon au toit blanc, planté au milieu d’un ciel d’un bleu azur. Et ce doux reflet de la nature, installé confortablement entre la mer et la montagne, se nomme Pézilla-la-Rivière.

Pierre Talayrach a grandi dans cet espace de plénitude, où il a appris à vivre avec la vigne, aux côtés de son père, comme lui même l’avait appris de son père et ce depuis des générations.

Cette sœur jumelle, que son père chérissait, Pierre l’a reçue également dans ses gènes. Il l’a côtoyée, des années durant, pour la bien comprendre, la voir évoluer, la voir grandir, la voir aussi mourir parfois.

Le jour où Pierre reçut l’immense joie de diriger cette vigne, il ressentit le besoin de la faire évoluer vers des destinées différentes de celles qu’elle avait vécues jusqu’alors.

Pierre Talayrach est de ces hommes. Le cœur énorme, la main ferme, le propos avant gardiste : c’est à sa façon un visionnaire, un rêveur même peut-être. Mais qu’importe la passion fait battre ses veines et son cœur; il apporte sa part de bonheur mais, de douleur aussi. Parce que tout n’est pas aussi simple aussi facile qu’on le voudrait. Parce que vouloir vraiment, c’est tendre de tout son être vers le but; l’ultime condition. Et ce terrien au regard franc, à la main ferme, à l’envie profonde, illumine sa cave de sa présence.

La Passion

Les chercheurs de rêves…

Le summum d’un rêve, d’une envie, d’une passion : le vignoble. Cette passion que Pierre Talayrach a reçu en naissant et qu’il développe, en compagnie de Jérôme Loubès, oenologue passionné de nouveaux goûts.

Ici Jérôme Loubès et Pierre Talayrach font preuve de la même envie et de la même énergie. Ils associent leurs idées et leurs talents, leurs histoires, leurs recherches et leurs espoirs. Ils mélangent au doux liquide, qu’il distillent, des sentiments de fougue et surement de folie.

Alors la vigne pénètre l’homme, parle de son histoire, de ses souffrances, de ses joies. Elle est le pilier central, celui sans qui rien de tout cela ne serait possible. Et lorsqu’en fin elle s’est imposée, elle libère ses arômes de fruits rouges. La terre nourricière et la grappe unis pour la vie pour la joie de Pierre Talayrach.